Méthanisation : définition et enjeux

methanisation

La méthanisation est un processus biologique qui produit de l’énergie via la fermentation de déchets organiques. Quels sont les enjeux de ce procédé innovant mais encore peu développé en France ? Et quels sont ses impacts sur notre société et environnement ?


Qu’est-ce que la méthanisation ?

biogaz

La méthanisation, appelée également digestion anaérobie, est un processus naturel de dégradation de matière organique. En l’absence d’oxygène et sous l’effet de la chaleur, des bactéries transforment ces déchets organiques en deux produits :

  • Le biogaz : gaz renouvelable principalement composé de méthane et de dioxyde de carbone et pouvant être utilisé sous la forme de combustible pour produire de l’électricité, de la chaleur, du carburant, ou encore pour être injecté dans le réseau de distribution après épuration et donc sous la forme de biométhane ;
  • Le digestat : résidu solide ou liquide, valorisable comme produit fertilisant (comparable au compost).

La méthanisation se produit naturellement dans certains milieux naturels comme les marais, ou bien est mise en place volontairement dans des installations dédiées, nommées unités de méthanisation.

Et la microméthanisation ?La microméthanisation consiste à produire du biogaz à petite échelle dans des unités de production inférieures à 80 kW (au lieu de 100kW, voire 300kW). L’utilisation de la microméthanisation est idéale pour les agriculteurs et les résidents d’écoquartiers souhaitant développer leurs propres énergies.

Il existe cinq types de méthanisation :

  • La méthanisation agricole : unitée portée par un ou plusieurs agriculteurs ;
  • La méthanisation domestique, appelée aussi méthanisation territoriale : ce type de projet regroupe les acteurs locaux souhaitant valoriser leurs déchets (ordures ménagères et biodéchets) ;
  • La méthanisation de boues de STEP (STations d’EPuration), résidu organique solide issu du traitement des eaux usées ;
  • La méthanisation des déchets ISDND (Installations de Stockage des Déchets Non Dangereux) ayant pour but de limiter la pollution ;
  • La méthanisation industrielle : unitée portée par des industriels chargés de méthaniser des matières issues ou non d’exploitations agricoles (déchets d’industries agroalimentaires ou de transformation végétale).

Un méthaniseur, comment ça marche ?

Le processus de méthanisation comporte plusieurs étapes :

  1. La collecte et le transport des déchets organiques jusqu’à l’usine de méthanisation ;
  2. Le processus de méthanisation et d’épuration du biogaz ;
  3. L’injection du biométhane au réseau public de distribution de gaz naturel ;
  4. La valorisation du biométhane sous la forme de chaleur, d’électricité ou de biocarburant.

Une unité de méthanisation est composée d’un digesteur, appelé également méthaniseur. Les déchets organiques y sont stockés pendant un ou deux mois, puis transformés en biogaz et en digestat sous l’action des micro-organismes. Pour que ces derniers puissent agir, le digesteur est chauffé entre 20°C et 60°C.

processus methanisation

La méthanisation agricole : pour ou contre ?

La méthanisation, encore peu répandue en France en 2020, est sujet à de nombreux débats. Ses avantages sont pourtant nombreux et ses inconvénients à démentir.

L’impact de la méthanisation sur l’environnement et l’économie

economie circulaire

En plus de participer à la transition énergétique, la méthanisation créée une économie circulaire. En effet, elle contribue à :

  • Un renforcement du recyclage ;
  • La valorisation des ressources locales ;
  • Une meilleure gestion des déchets et effluents à faible coût ;
  • La création d’emploi locaux et non-délocalisables (construction des unités, transport des matières organiques, logistique, maintenance, etc.) ;
  • Le développement d’une filière renouvelable et l’augmentation de la production d’énergie verte et locale.

La méthanisation permet de même aux agriculteurs et autres acteurs de faire des économies en produisant leur propre énergie et leurs propres engrais, ou en les revendant.

J'agis pour le climat, Je compense mes émissions de CO2 !Le réchauffement climatique est l'affaire de tous ! Pour compenser vos émissions de CO2 et participer à la transition énergétique, appelez gratuitement Selectra !
01 86 65 54 97

La méthanisation et ses inconvénients

La méthanisation suscite de nombreuses interrogations. Pourtant, les installations de méthanisation sont soumises à une réglementation stricte. Les inconvénients souvent cités sont donc contestables.

Les unités de méthanisation sont considérées comme des installations à risques : faux.

  • La production de biogaz nécessite des précautions mais ses risques d’incendie ou d’explosion sont très limités et autant, voire moins élevés que ceux liés au stockage du gaz naturel et du pétrole ;
  • Les risques de rejet d’ammoniac dans l’air ou de pollution des eaux liés au digestat sont également maîtrisés.

Les unités de méthanisation émettent des odeurs : faux.

  • Le processus de méthanisation étant réalisé sans oxygène, ni contact avec l’air ambiant est donc sans odeur. De plus, les digesteurs sont aujourd’hui hermétiques et le bâtiment équipé de traitement de l’air clos. Bien que des mesures aient été mises en place pour les réduire au maximum, les possibles odeurs proviendraient donc des déchets, soit d’avant la méthanisation (chargement, transport, déchargement, stockage).

Les unités de méthanisation font du bruit : faux.

  • Bien que le moteur de l’unité de cogénération tourne en continue, ses émissions sonores sont réduites à moins de 51 dB par un caisson insonorisé. De même, les engins de chantier et le matériel de manutention ne sont utilisés que pendant les heures de travail (de 8h à 18h du lundi au vendredi), en plus d’être conformes aux limites réglementaires et de ne pas dépasser les 70 dB en journée.

Les unités de méthanisation génèrent du trafic : faux.

  • Le trafic généré par la logistique est toujours optimisé et limité au maximum afin d’éviter de provoquer des désagréments pour les locaux et de réduire la consommation de carburant des véhicules concernés.

Les unités de méthanisation ne s’intègre pas au paysage : faux.

  • Une intégration paysagère (couleurs des matériaux, enfouissement partiel des installations, implantations de haies autour du site…) est prise en compte dès le choix du site d’installation d’une unité de méthanisation.

La méthanisation en France

La méthanisation représente une véritable opportunité en France, en particulier pour les agriculteurs et les collectivités locales.

La Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte (LTECV) du 18 août 2015 fixe la consommation de biogaz pour 2030 à 10%. La part de biogaz dans le mix énergétique français sera donc considérable.

Des unités de méthanisation s’installent partout en France. Selon l’ADEME (Agence de la transition écologique), il y avait 710 unités de méthanisation en fonctionnement sur l’ensemble du territoire français au 1er janvier 2019.

Usine de méthanisation : distance d'implantation de l'installation par rapport aux habitations

Selon l’arrêté du 10 novembre 2009 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées de méthanisation, la distance entre les unités de méthanisation et les habitations occupées par des tiers doit être supérieure à 50 mètres (à l'exception des logements occupés par le personnel de l'installation, l'exploitant, le fournisseur de substrats de méthanisation, ou encore l'utilisateur de la chaleur produite.

Updated on