Quels sont les avantages de l’énergie hydraulique et ses inconvénients ?

Mis à jour le
minutes de lecture

L’énergie hydraulique est produite par le mouvement de l’eau issu de fleuves, rivières, chutes d’eau ou courants marins. Par l’entremise de turbines, l’énergie de l’eau se transforme alors en électricité qualifiée de renouvelable. L’énergie hydraulique occupe une place importante dans le mix énergétique français. Selon le blog Mieux Consommer d’ilek, les barrages implantés en France produisent à eux seuls 15% de l’électricité métropolitaine, pour un volume global de 25 GW.

5 avantages de l’énergie hydraulique

Une source d’énergie verte

L’eau est une énergie renouvelable, dont les ressources ne sont pas altérées par son exploitation. L’hydroélectricité n’entraîne pas d’émission de gaz à effet de serre, ce qui est une différence fondamentale avec les énergies fossiles.
Enfin, et c’est un avantage certain par rapport au nucléaire, il n’y a pas de déchets toxiques liés à l’exploitation de l’eau.

Une énergie modulable

Grâce à la capacité de stockage des barrages, il est possible de fournir de l’électricité lors de certains pics de consommation. C’est notamment le cas en hiver, quand la demande est très importante. Les risques de coupures d’électricité sont ainsi réduits. 

Les barrages ont de plus la capacité de fournir de l’électricité très rapidement, ce qui leur confère un avantage face aux centrales nucléaires.

L’intérêt de la retenue d’eau

Un barrage permet de stocker d’immenses quantités d’eau. En France, le plus puissant est celui de Grand’Maison, en Isère, qui en contient jusqu’à 137 millions de m3. Le barrage permet ainsi de réguler le lit des cours d’eau, en prenant en charge l’approvisionnement lors de périodes de sécheresse prolongée.

En cas d’incendie de grande ampleur, les barrages sont des réserves disponibles où les canadairs peuvent s'approvisionner.

Un coût d’exploitation minime

Il n’en est pas de même pour la construction, mais la production d’électricité hydraulique n’est pas onéreuse. L’eau est une ressource gratuite, et les frais d’entretien, si on les compare par exemple à ceux des centrales nucléaires, sont insignifiants.

Un avantage économique

La construction d’un barrage est un chantier important, qui génère la création de nombreux emplois. Une fois fonctionnel, il est pertinent pour des usines de s’implanter dans un périmètre proche. 

Les lacs de retenue, du point de vue du tourisme, disposent de nombreux atouts. Ils deviennent des bases nautiques durant la période estivale, ce qui laisse entrevoir de réelles retombées économiques pour les différents exploitants.

Quels sont les inconvénients de l’hydroélectricité ?

L’impact de l’énergie hydraulique sur l’environnement lors de la construction

Ériger un barrage est un chantier gigantesque, qui a des répercussions sur les écosystèmes locaux. La construction d’une retenue d’eau affecte animaux et végétaux, allant jusqu’à faire disparaître certaines espèces.

L’installation de lignes électriques n’est pas non plus anodine : ce sont des routes et des poteaux qui sont créés, avec un impact certain sur la nature environnante.

Quant aux populations, les chantiers sont à ce point gigantesques que des déplacements de population sont parfois nécessaires : des habitants sont contraints de quitter leur lieu de vie pour déménager dans un lieu moins proche du futur barrage.

Une productivité aléatoire

La production d’électricité hydraulique est naturellement conditionnée par les conditions climatiques. En cas de longue période sans pluie, les cours d’eau s’assèchent et perdent une partie de leur force motrice. 

Un coût très important

La construction d’un barrage coûte excessivement cher. Selon le magazine économique Capital, le barrage Rhônergia, dont le chantier devrait débuter en 2027, devrait coûter environ 360 millions d’euros.

Une somme astronomique, qui explique que les barrages mettent de nombreuses années à devenir rentables.

Un développement limité

Les barrages destinés à produire de l’électricité sont nécessairement implantés dans des massifs montagneux, pour exploiter les pentes naturelles du relief. Aujourd’hui, la plupart des zones françaises sont déjà pourvues en barrages, ce qui limite la croissance future de la production nationale. 

Quelle est l’importance de l’hydraulique en France et sa part dans le renouvelable ?

Selon les derniers chiffres publiés par le Ministère de la Transition Énergétique (septembre 2022), la France est avec la Suède l’un des leaders de la production d’énergie hydraulique en Europe. Notre pays compte ainsi plus de 2500 installations sur son territoire, de la plus modeste à la plus imposante.

Des installations de tailles très variables et des productions inégales

Les petites installations, qui produisent moins de 1 MW, représentent 68% du nombre total, pour seulement 2% de la production nationale. Les grandes installations (+ de 10 MW) sont relativement peu nombreuses (11% du total), mais représentent 91% de la puissance hydraulique.

La production hydraulique est difficilement quantifiable sur une année, car elle peut varier fortement en fonction de la pluviométrie. Dans un passé récent, 2017 a été marquée par une certaine sécheresse, et la production s’en est ressentie, avec 50 TWh cumulés entre le 1er janvier et le 31 décembre. À titre de comparaison, l’année 2013, plus humide, avait vu sa production s’élever à 72 TWh.

Pour l’année 2024, selon le fournisseur historique EDF, la production hydroélectrique française est partie sur de bonnes bases, avec un chiffre cumulé de 48,6 TWh entre le 1er janvier et le 30 avril.

Les différents types de centrales et leurs puissances

En 2019, la puissance totale des installations hydroélectriques en France était de 25,5 GW (selon France Hydro Électricité). La répartition était :

  • 40% pour les centrales de lacs. Ce sont des centrales reliées à un barrage, qui ont donc la possibilité de stocker de l’eau.
  • 26% pour les centrales au fil de l’eau, qui n’ont pas de capacité de stockage. Elles utilisent le mouvement de l’eau pour fournir de l’énergie de consommation de base.
  • 18% pour les STEP (Stations de transfert d’énergie par pompage). Elles sont équipées de deux bassins et pompent de l’eau lors des périodes de faible demande et produisent de l’électricité lors des pics de consommation.
  • 16% pour les centrales éclusées. Présentes dans les grands fleuves à fortes pentes, elles utilisent des digues érigées parallèlement aux cours d’eau. De l’eau stockée entre les écluses permet de fournir de l’énergie quand cela est nécessaire, en plus de l’énergie de base.