Achat & Remplacement de chaudière : prix, modèles et aides 2022

Une chaudière est un système de chauffage central utilisant différents combustibles : le gaz, le fioul, l'électricité, les pellets ou le bois. Il existe différents modèles, selon les besoins du logement et ses caractéristiques. Elle peut servir aussi bien à alimenter les chauffages de toutes les pièces de l'habitation et produire de l’eau chaude sanitaire.


Dans ce guide, retrouvez tout ce qu'il faut savoir sur le remplacement d'une chaudière, les aides de l'État et les gains énergétiques que vous pourriez en tirer.


Comment fonctionne une chaudière ?

Quel que soit le modèle ou le combustible utilisé (gaz, électricité, bois, fioul), le fonctionnement d'une chaudière est le même. Le principe de base est le suivant : la chaudière produit de l'énergie thermique (chaleur ou calories) qu'elle transfère ensuite à de l'eau ou un liquide caloporteur. Ce liquide est transmis à des appareils de chauffe type radiateurs ou planchers chauffants. La température du liquide monte au fur et à mesure qu'il circule dans les circuits du foyer.

Cependant, même principe ne signifie pas même rendement. En effet, le rendement énergétique est différent selon le modèle de chaudière. Du fait d'une déperdition d'énergie moindre, les modèles de chaudières à condensation présentent un plus haut rendement énergétique que d'autres modèles. Certains modèles de chaudière peuvent bénéficier d'une aide de l'Etat, qui souhaite favoriser les projets de rénovation énergétique.

Quels sont les différents types de chaudières ?

Si vous souhaitez changer de chaudière, l'une des premières choses à savoir est quels types de chaudière choisir. En effet, différents modèles sont disponibles sur le marché, avec chacun leurs spécificités. Pour vous accompagner, Climate vous présente les différents types de chaudières selon la source d'énergie utilisée.

La chaudière électrique

chaudiere electrique

Dotée d'un système assez classique, elle utilise des résistances électriques plongées dans l'eau et produisant de la chaleur. Dès que l'eau est suffisamment chauffée, elle est envoyée dans le circuit de chauffage central du logement, pour ensuite se rendre dans les radiateurs ou le plancher chauffant. Enfin, ces derniers éléments vont se charger de chauffer les différentes pièces de l'habitation.

L'avantage des chaudières électriques est qu'elles sont peu onéreuses à l'achat. Pourquoi ? Car cette installation ne nécessite aucun tuyau pour fonctionner. Toutefois, la consommation d'électricité est plus élevée, ce qui revient finalement plus cher et ne permet pas de réduire ses consommations et factures d'électricité.

La chaudière électrique est recommandée uniquement comme système provisoire ou si le logement est équipé de panneaux photovoltaïques pour fournir l'énergie nécessaire.

La chaudière au fioul

La chaudière au fioul est équipée d'une pompe à fioul utile pour conduire le combustible dans le brûleur. Dans un second temps, le gicleur (présent dans le brûleur) pulvérise une partie du fioul afin d'en faciliter la combustion. Cette étape permet de réchauffer l'eau présente dans le circuit, qui sera ensuite envoyée dans le système de chauffage central. L'installation est capable de condenser les vapeurs d'eau présentes dans la fumée de combustion.

Le système de chauffage au fioul se compose de trois éléments distincts :

  • une cuve à fioul ;
  • une chaudière ;
  • et les radiateurs alimentés par les circuits.

Le principal inconvénient de la chaudière au fioul est qu'il faut remplir sa cuve (de 1000 L à 1500 L selon les modèles) environ 2 fois par an. De plus, la facture peut être salée, car l'énergie utilisée est le pétrole.

IMPORTANT

Le gouvernement a annoncé l'interdiction des nouvelles chaudières au fioul à partir du 1er juillet 2022. En effet, dans le cadre du projet de transition énergétique de l'Etat français, ce système de chauffage n'est plus accepté car ses émissions de CO2 sont trop élevées. Précisons toutefois que les particuliers peuvent continuer de se chauffer au fioul tant que leur équipement est réparable. Il vaut mieux favoriser l'installation d'une pompe à chaleur géothermique ou aérothermique.

La chaudière au gaz

Le gaz reste une énergie abordable et efficace, largement utilisée par les habitats collectifs et dans les maisons individuelles. La chaudière à gaz utilise l'énergie du réseau ou d'une citerne individuelle (biogaz, gaz naturel, butane, propane). Le combustible est envoyé dans la chaudière pour être brûlé par un brûleur. Cette combustion génère de la chaleur, qui va à son tour chauffer l'eau ou le liquide caloporteur présent dans le système. Enfin, le fluide chaud est transporté vers les émetteurs de chaleur (radiateurs, plancher chauffant…) via les canalisations et les tuyaux du circuit.

Dès que le liquide a fait son travail, il repart vers la chaudière lorsqu'il est suffisamment refroidit. La chaudière à gaz dispose donc d'un circuit fermé.

L'avantage de la chaudière à gaz est que les factures d'énergie sont réduites. En effet, le coût du gaz de ville est relativement faible. Seule l'installation nécessite un certain investissement au départ.

La chaudière au bois (granulés / pellets)

La chaudière bois est la seule à avoir un fonctionnement manuel, car son alimentation est réalisée par l'utilisateur. À part cette différence, la chaudière au bois fonctionne de la même façon que les autres systèmes classiques. Le bois (combustible) brûle dans la chaudière. Les calories générées sont transportées aux émetteurs de chaleur (radiateur ou plancher chauffant), à l'aide d’un circuit de chauffage central. De plus, si l'installation comporte un ballon de stockage, il est possible de produire de l'eau chaude sanitaire.

Le principal avantage de la chaudière bois est son combustible avantageux. En effet, la bûche de bois est le combustible le plus économique du marché. Le chêne est souvent la classe de bois la plus utilisée, en tant que feuillu dur et sec (moins de 20°C d’humidité). De plus, ce type de chaudière bénéficie des aides du gouvernement pour la rénovation énergétique du logement.

Les chaudières à haute performance énergétique

Il existe différents types de chaudières à haute performance énergétique. Les voici :

  • Les chaudières basse température : ces chaudières permettent un rendement d'au moins 90%. On parle de "basse température" car l'eau a une température plus faible que les modèles classiques (50°C contre 90°C habituellement). L'intérêt est que ces chaudières nécessitent moins de combustibles pour chauffer l'eau du circuit. Les économiques d'énergie sont de l'ordre de 12 à 15%.
  • Les chaudières à condensation : ce système récupère la chaleur latente des fumées issues des produits de combustion. Tous les types de chaudières existent en version condensation. L'intérêt est de pouvoir utiliser la chaleur des fumées pour chauffer l'eau du circuit.
  • Les chaudières à ventouse : il est possible d'installer une chaudière à ventouse dans un local fermé, car elle ne nécessite pas de cheminée ni d'espace ventilé. Ce système est donc plus sécurisé et moins énergivore (moins 5%).

Quel est le prix d'une chaudière ?

Comme pour tout système de chauffage, le prix d'une chaudière varie selon plusieurs facteurs, notamment :

prix chaudiere
  • La technologie : plus l'installation permet un rendement énergétique élevé, plus son prix l'est aussi. En effet, une chaudière gaz à condensation est jusqu'à 30% plus chère qu'un système classique, mais permet de réaliser de belles économies à moyen terme.
  • La puissance choisie : le puissance doit être adaptée à la surface de chauffe et aux besoins en eau chaude sanitaire du foyer (le cas échéant). Si la puissance est trop élevée par rapport aux besoins, certaines dépenses sont inutiles.
  • La marque : les différents fabricants proposent des prix variés.
  • Le type de pose : les chaudières au sol sont plus chères que celles fixées au mur.

Voici tout d'abord le coût des différentes chaudières à gaz :

Les prix des différents types de chaudières à gaz en 2022
Type de chaudière gaz Fourchette de prix Coût de l'installation Coût de l'entretien
Chaudière à gaz standard Entre 500 et 2 500 € Entre 500 et 1 500 € 120-190 € par an
Chaudière à gaz à condensation Entre 3 000 et 5 000 € Entre 300 et 1 000 € 80-180 € par an
Chaudière à gaz basse température Entre 1 000 et 3 000 € Entre 2 000 et 5 000 € 150-200 € par an

Par ailleurs, le prix des chaudières fioul à condensation et basse température est compris entre :

  • 8 000 et 12 000 € TTC pour un modèle à condensation : ce prix inclut la fourniture du matériel et l'installation.
  • 3 000 et 5 000 € TTC pour un modèle basse température, fourniture et pose comprise.

Du côté des chaudières à granulés et bois, la fourchette de prix est plus large. Il faut compter entre 3 000 € et 25 000 € selon les modèles. Ce coût est bien plus élevé que les autres chaudières, mais elle bénéficier des aides financières du gouvernement au titre de la transition écologique.

Enfin, la chaudière électrique est la plus abordable avec une fourchette de prix allant de 1000 € à 5 000 € pose comprise.

Les aides de l'Etat pour le remplacement d'une chaudière

Le remplacement d'un chaudière par un modèle plus économique est éligible à certains dispositifs du gouvernement. Plusieurs conditions sont à respecter, notamment le fait de la remplacer par un modèle plus performant et moins énergivore. Le but des aides financières pour le changement de chaudière est d'aider les particuliers à rénover leur logement et accéder à un meilleur confort énergétique.

Les particuliers peuvent être éligibles à ces différentes aides (certaines sont cumulables) selon le modèle de chaudière et le niveau de ressources du foyer. Voici les différentes aides financières existantes :

  • Les certificats d’économies d’énergie ;
  • La prime coup de pouce économie d’énergie - prime conversion chaudière ;
  • L’éco-prêt à taux zéro (PTZ)
  • MaPrimeRénov', qui remplace le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ;
  • Le programme « Habiter mieux » de l’agence nationale de l’habitat ANAH ;
  • La TVA à taux réduit (5,5 % au lieu de 10%)

Comment installer une chaudière ?

Plusieurs facteurs peuvent rendre l'installation d'un chaudière plus ou moins facile. C'est le cas notamment :

  • La taille de la chaudière ;
  • Le raccordement ;
  • La tuyauterie nécessaire ;
  • Le système d'évacuation en place ou à réaliser ;
  • L'emplacement du système ;
  • Le nombre d'émetteurs de chaleur à raccorder, etc.

C'est pourquoi il est vivement conseillé de contacter un professionnel des chaudières (aussi appelé professionnel chauffagiste) pour la pose et la dépose de l'ancien système de chauffage. Souvent, le coût de l'installation d'une chaudière est compris dans l'offre globale. N'hésitez pas à demander des devis auprès de différents professionnels.

Une autre raison de faire appel à un professionnel du métier est de pouvoir bénéficier des aides de l'État pour le remplacement de votre chaudière. En effet, il est nécessaire de faire installer sa chaudière par un professionnel certifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Un annuaire est disponible en ligne pour vous aider.

Bien entretenir sa chaudière

Pour optimiser au mieux le rendement de votre système, il est important de bien entretenir sa chaudière. En règle générale, les chauffagistes proposent des forfaits entretien chaudière inclus dans leur offre.

Si le particulier souscrit à l'entretien annuel, il est protégé en cas de pannes intempestives. De plus, entretenir soi-même sa chaudière représente un risque pour la santé, notamment les intoxications au gaz monoxyde de carbone. Sachez qu'une chaudière mal entretenue consomme plus d'énergie.

Mais comment se déroule l'entretien d'une chaudière ? Voici les étapes clés de ce nettoyage :

  1. Nettoyage du corps de chauffe ;
  2. Démonter, nettoyer et régler (si nécessaire) le brûleur ainsi que la veilleuse ;
  3. Veiller au bon fonctionnement de la pompe ;
  4. Contrôler la régulation interne à la chaudière ;
  5. Tester toutes les pièces de sécurité ;
  6. Contrôler le débit de gaz et le régler si nécessaire ;
  7. Prendre la température de l’eau chaude sanitaire ;
  8. Examiner le vase d’expansion, parfois à regonfler ;
  9. Inspecter l’étanchéité des circuits (gaz et eau) ;
  10. Mesurer le taux de monoxyde de carbone dans l’air ambiant.

À la fin de l'entretien, si tout est bon, le professionnel vous remet une attestation d'entretien chaudière. Ce document est à conserver avec précaution, car en cas de sinistre, votre assurance vous la demandera pour vous indemniser. L'attestation doit obligatoirement mentionner plusieurs éléments, notamment le diagnostic énergétique et environnemental de l’installation et la mesure du taux de monoxyde de carbone.

Updated on