appel gratuit

Combien de tonnes de CO2 émettez-vous chaque année ?

Découvrez votre impact et votre devis compensation carbone en moins de 5".

Qu'est-ce que le GIEC et ses rapports d'évaluation ?

giec

Le GIEC est un groupe d’experts intergouvernemental ayant pour mission d'éxaminer objectivement et régulièrement l’évolution du réchauffement climatique. Ses rapport sont fondamentaux pour alerter les décideurs et sensibiliser la société.


Qu’est-ce que le GIEC ?

Depuis sa création en 1988, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC, ou IPCC en anglais) a pour objectif d’évaluer le changement climatique, ses risques pour l’homme et l’environnement, et les solutions envisageables pour y remédier.

Qui sont les membres du GIEC ?

Le GIEC regroupe tous les pays membres du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) et de l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale). Il compte actuellement 195 pays, soit près de l'intégralité des pays du monde.

  • Le GIEC est composé de plusieurs organes :
  • L’assemblée plénière où se réunissent les membres une à deux fois par an pour décider des axes principaux du programme de travail et pour valider les rapports d’évaluation (chaque membre dispose d’une voix) ;
  • Le bureau qui se compose de 36 scientifiques élus par l’assemblée générale pour une durée de cinq à sept ans (l’établissement d’un rapport d’évaluation) ;
  • Les trois groupes de travail qui expertisent l’information scientifique, technique et socio-économique concernant le changement climatique ;
  • Une équipe dédiées aux inventaires nationaux de gaz à effet de serre (GES) ;
  • Une équipe responsable de la diffusion des données ;
  • Un secrétariat.

Les rapports du GIEC

Le GIEC a pour objectif de suivre l’évolution du climat, d’identifier ses causes, ainsi que de trouver des solutions pour limiter ses impacts. La mission principale du GIEC est de produire des rapports d’évaluation sur le changement climatique. Cinq rapports ont déjà été publiés respectivement en 1990, 1995, 2001, 2007 et 2014, et un sixième (AR6) le sera d’ici 2022.

Des rapports spéciaux, en plus des rapports d’évaluation, sont de même régulièrement publiés et traitent de sujets spécifiques. C’est le cas, par exemple, des trois derniers rapports spéciaux du GIEC, tous les trois produits au cours de l’actuel et sixième cycle d’évaluation (2016-2022) :

  1. Le rapport du GIEC de 2018 sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C ;
  2. Le rapport du GIEC de septembre 2019 sur l'océan et la cryosphère dans le contexte du changement climatique ;
  3. Le rapport du GIEC d’août 2019 sur le changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres.
etapes rapport giec

L’élaboration d’un rapport se fait en plusieurs étapes :

  • Le choix du rapport à rédiger et approbation du sommaire par le GIEC lors d’une réunion plénière ;
  • La nomination des spécialistes par les gouvernements et organisations ;
  • La sélection des auteurs par les bureaux des différents groupes de travail ;
  • La rédaction de la première version du rapport par les auteurs ;
  • La révision de cette première version par les spécialistes ;
  • La rédaction d’une seconde version du rapport par les auteurs ;
  • La révision de la deuxième version du rapport par les spécialistes et les gouvernements ;
  • La rédaction de la version définitive du rapport par les auteurs ;
  • L’examen final du résumé à l’attention des décideurs par les gouvernements ;
  • L’adoption du résumé à l’attention des décideurs à l’unanimité par l’assemblée plénière du GIEC ;
  • La publication du rapport.

Le processus de validation d’un rapport dure environ 2 ans.

Il s’agit d’un rapport de 2 000 à 3 000 pages s’appuyant sur plusieurs milliers d’études et tenant compte de milliers de commentaires. En général, un rapport se compose de :

  • Plusieurs chapitres incluant l’évaluation scientifique, technique et méthodologique ;
  • Un résumé à l’attention des décideurs ;
  • Un résumé technique (optionnel).

Le GIEC, en sensibilisant la société à travers ses rapports, apparaît comme un acteur essentiel à la lutte contre le réchauffement climatique.

Qui finance le GIEC ?

Le budget annuel s’élève environ à 6 millions d'euros selon l'activité durant un cycle d'évaluation. Chacun des 195 États membres du GIEC est libre de contribuer à son financement.

La contribution de la France s'élève à 1 million d'euros. Trois ministères y participent :

  1. Le Ministère de la Transition écologique ;
  2. Le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères ;
  3. Le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

Depuis 2016, la France participe aussi au financement du fonctionnement de l’unité de support technique du groupe de travail 1.

Le GIEC et le réchauffement climatique

Le GIEC, en tant qu’expert sur le changement climatique, est ainsi chargé d’analyser ses impacts sur l’environnement via ses travaux de recherche. Il a aussi pour rôle d’identifier des moyens pour limiter l’ampleur du réchauffement climatique.

Qu'est-ce que le réchauffement climatique ?

Les activités humaines ont déjà provoqué une hausse de la température d’environ 1°C. En effet, la concentration de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2), cause principale du réchauffement climatique, n’a jamais été aussi élevée. C’est ce qu’on appelle l’effet de serre.

J'agis pour le climat, Je compense mes émissions de CO2 !Le réchauffement climatique est l'affaire de tous ! Pour compenser vos émissions de CO2 et participer à la transition énergétique, appelez gratuitement Selectra !
01 86 65 54 97

Dans son rapport spécial sur le réchauffement planétaire de 1,5°C, le GIEC alerte sur les possibles conséquences irréversibles qu’engendrerait un réchauffement climatique de 2°C, comme :

rechauffement climatique
  • La hausse du niveau marin ;
  • L’acidification des océans ;
  • La fonte des glaces ;
  • L’érosion de la biodiversité et des écosystèmes ;
  • L’augmentation de la pauvreté ;
  • Etc.

Les émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines dépendent du mode de vie de chacun (transport, consommation énergétique, alimentation, etc.). Ainsi, la seule solution pour limiter le réchauffement climatique est réduire les émissions de gaz à effet de serre et de tendre vers une société plus responsable.

Agir contre le réchauffement climatique

Pour lutter contre le réchauffement climatique, trois étapes sont nécessaires :

  1. Mesurer son empreinte carbone ;
  2. Réduire au maximum son impact carbone ;
  3. Compenser les émissions de CO2 inévitables via le financement de projets de compensation carbone.

Estimer son empreinte carbone Pour connaître avec précision son empreinte carbone et la compenser, il est possible d'utiliser notre calculateur en ligne ou d'appeler le numéro suivant :
Calculer OU 01 86 65 54 97

Selon son mode de vie, une personne émet une quantité plus ou moins importante de CO2 dans l'atmosphère. Le calcul de son empreinte carbone lui permet ainsi de se rendre compte de l'impact de ses activités sur la planète et ainsi d'adopter un mode de vie plus respectueux de l'environnement (optimiser sa consommation énergétique, privilégier des moyens de transport écologiques, recycler ses déchets, etc.).

Une démarche de compensation carbone n'a de sens qu'une fois que des actions de réduction d'émissions de CO2 a été mise en place.

Updated on