bilan carbone devis en ligne

Réalisez votre Bilan Carbone avec Selectra !

Demandez gratuitement et en quelques minutes un devis en ligne pour votre Bilan Carbone !

Le Bilan Carbone du secteur de la banque

bilan carbone banque

La réalisation d’un Bilan Carbone permet l’évaluation de l’impact d’une entreprise sur le climat, en estimant ses émissions de gaz à effet de serre (en CO2eq). Dans le cadre du secteur bancaire, il est possible d’estimer l’impact lié au fonctionnement et également aux investissements effectués, pour ensuite mettre en place des actions de réduction des émissions. Découvrez comment dresser un Bilan GES appliqué au secteur bancaire : acteurs concernés, données à collecter, actions de réduction …


Qu'est-ce qu'un Bilan Carbone dans le secteur bancaire ?

Le Bilan Carbone est une méthodologie développée par l'ADEME (Agence de la transition écologique) en 2004 et désormais gérée par l’Association Bilan Carbone. Elle permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’une organisation.

La méthodologie d’un Bilan Carbone complet classe les émissions du secteur bancaire selon 3 scopes :

Catégories d’émissions Définition Exemples
Scope 1 Les émissions directes de GES provenant des sources d'énergie qui sont détenues ou contrôlées par la banque. Les banques possèdent des flottes de véhicules de service dont les émissions liées à la combustion de carburant doivent être prises en compte.
Scope 2 Les émissions indirectes de GES résultant de la production d'électricité, de chauffage et de climatisation, ou de vapeur générée hors site mais achetée par la banque. Une banque possède des bureaux qui sont éclairés, chauffés et/ou réfrigérés dont les émissions sont prélevées en relevant sa consommation de kWh via les factures de ses fournisseurs d’énergie.
Scope 3 Les émissions indirectes de GES provenant de sources qui ne sont pas détenues ou directement contrôlées par le prestataire de transport mais qui sont liées aux activités de la banque. Une banque peut prendre en compte les émissions liées aux déplacements de ses employés dans le cadre de leur travail ou encore la consommation de papier issues de l’activité de ses bureaux.

Pour évaluer l’impact environnemental d’une banque, il faut procéder aux étapes suivantes :

  1. Définition du périmètre d’analyse : définir les activités de l’organisation qui seront prises en compte dans la quantification des gaz à effet de serre ;
  2. Collecte de données : récolter les données qui seront utilisées pour la quantification des gaz à effet de serre ;
  3. Calcul des émissions : convertir les données collectées en émissions de gaz à effet de serre ;
  4. Gestion et interprétation des résultats : exploiter les résultats pour identifier les actions à entreprendre, notamment les actions de réductions des GES, tout en prenant en compte le degré d’incertitude des résultats.

Quel est le Prix d’un Bilan Carbone dans le secteur bancaire ?

prix bilan carbone banque

Le prix d’une prestation de bilan GES dépend de plusieurs facteurs :

  • La taille de la banque ;
  • Le nombre de salariés ;
  • Le nombre de sites à auditer ;
  • Le degré de précision souhaité.

A noter, que l'ADEME propose des mécanismes de subvention pour la réalisation d'un Bilan Carbone complet. Ces aides ont été mises en place pour inciter à la réalisation d'un Bilan Carbone complet pour les petites et moyennes entreprises.

bilan carbone devis en ligne

Êtes-vous éligible aux aides de l'ADEME pour financer votre Bilan Carbone ?

Vérifiez votre éligibilité aux aides de l'ADEME et demandez un devis gratuit en quelques minutes !

Ainsi, demander la réalisation d’un Bilan Carbone pour une entreprise souhaitant prétendre à un investissement de la part d’acteurs financiers ou bancaires peut se révéler très utile et pertinent, d’autant plus que les petites et moyennes entreprises peuvent prétendre à une subvention de la part de l’ADEME.

Qu'est-ce que les critères ESG ? Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont un ensemble de normes relatives aux activités d'une entreprise et constituent un moyen de plus en plus populaire pour les investisseurs d'évaluer les entreprises dans lesquelles ils pourraient potentiellement investir.

Quel est l’intérêt d’un Bilan Carbone pour le secteur bancaire ?

L'intérêt de la réalisation d’un Bilan Carbone pour les institutions bancaires est double, car au-delà de minimiser les risques engendrés par le changement climatique auxquels elles sont directement exposées, ce dernier permet de réduire ses coûts.

Enjeux climatiques du secteur financier : risque carbone et climat

Les institutions financières sont aujourd’hui exposées à plusieurs risques liés au changement climatique. Ainsi, ces risques peuvent être répartis en deux catégories :

  • Les risques carbone : liés aux différentes évolutions réglementaires destinées à limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) qui sont des risques financiers pouvant entraîner de réels coûts. Par exemple, des coûts liés à la hausse du prix de l'énergie, l'évolution du prix du carbone sur les marchés, ou encore la mise en place de nouvelles taxes.
  • Les risques climat : liés aux conséquences physiques du réchauffement climatique, comme l'augmentation du niveau de la mer, l’évolution des rendements agricoles, ou encore les températures extrêmes, qui entraînent inévitablement des coûts supplémentaires pour les clients des banques.

Les risques carbone et climat ont un potentiel impact sur les banques qui va au-delà des coûts. En effet, de ces risques peuvent résulter un problème de réputation, dépréciation de la valeur des actifs, des contentieux, ou encore une sous performance des portefeuilles, etc.

Risques et leviers d'actions par type de banque
Type de banque Produits/services concernés Risques Leviers d’actions
Banques commerciales et de particuliers Financement de projets
Finance d’entreprises
Prêts immobiliers
Prêts auto
Prêts à la consommation
  • Risques de hausse des cas de manquement au remboursement des prêts de la part des emprunteurs, en particulier pour les prêts immobiliers
  • Participation active au financement de projets de développement des énergies dites “bas-carbone”
Banques d’investissements Investissements en comptes propres
Émissions obligataires
  • Risques de dépréciation d’actifs
  • Risques de réputation
  • Adaptation des offres commerciales et des solutions de financement (Ex : "Green Bonds", et financements “verts” facilitant l'investissement dans des technologies “bas-carbone”)
Banques de gestion d’actifs Compte tiers
Comptes Propres
  • Risque de dépréciation d’actifs
  • Risque de contentieux lié à la responsabilité fiduciaire
  • Risque de réputation
  • Prise en compte des risques et opportunités climatiques pour toute décision d’investissement
  • Encouragement des entreprises, dans lesquelles des fonds sont investis, à améliorer leur pratiques et reporting concernant la gestion des risques climatiques
Banques d’assurances Assurance de biens
Assurance de santé
  • Risques météorologiques affectant les biens, comme les habitations, impactant les assurances de biens par exemple
  • Risques météorologiques affectant la santé des assurés, impactant les assurances vies par exemple
  • Risques de dépréciation d’actifs
  • Risques de réputation
  • Conception de services/produits d'assurance encourageant leurs clients à mieux comprendre et réduire leurs risques climatiques
  • Développer leur expertise de mesure des risques climatiques pour leurs transactions/implications financières et les garanties assurés

Source : guide sectoriel de l'ADEME (agence de la transition écologique)

Les avantages d’un Bilan Carbone dans le secteur bancaire

Quantifier ses émissions de gaz à effet de serre présente plusieurs avantages pour les banques, cela permet :

  • La réduction de ses coûts : les risques carbone et climat entraînent des coûts supplémentaires pour les banques, réaliser un Bilan Carbone permet de réduire ces coûts et d’anticiper les risques financiers et extra financiers qui y sont associés ;
  • L'amélioration de son image : les banques sont très souvent amenées à communiquer sur leurs actions en faveur de la transition écologique. De plus, les consommateurs sont de plus en plus enclins à privilégier les banques qui intègrent un fort aspect environnemental à leur politique tout en évitant le "greenwashing" ;
  • L'anticipation des réglementations gouvernementales : le secteur financier fait partie des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre, et est par conséquent régulièrement soumis à de nouvelles réglementations visant à réduire ses émissions. Réaliser un Bilan Carbone permet d’anticiper ces réglementations et de s’y conformer ;
  • L’amélioration de sa marque employeur : la capacité d’une banque à attirer et retenir les meilleurs talents est directement liée à sa marque employeur, ainsi, améliorer cette dernière à travers un engagement concret dans la transition énergétique se révèle de plus en plus efficace.

De plus, la réalisation d’un Bilan Carbone présente également des avantages en interne pour les banques :

  • Un suivi de l’évolution du risque carbone et établissement d’une catégorisation de ce dernier (par produit, secteur économique ou encore géographiquement) ;
  • Une quantification des émissions relatives à un projet ou un ensemble de projets ;
  • Une meilleur prise de décision grâce aux données comparatives engendrées par la quantification des GES ;
  • La comparaison des banques entre elles en prenant en compte le facteur d’exposition au risque climat de chacune ;
  • Mise en place d’une cartographie/reporting global avec prise en compte des "émissions financées” (émissions engendrées par la détention d’un actif financier).

Quelles données collecter pour faire son bilan carbone ?

L’étape la plus importante lors du dressage d’un Bilan Carbone est l’étape de collecte de données, car de cette étape dépendra la précision et la représentativité des résultats. Une des particularités d’un Bilan Carbone pour le secteur bancaire réside dans la prise en compte des “émissions financées” en plus des émissions liées au fonctionnement de l'institution habituellement comptabilisées.

Selectra vous aide à réaliser et à réduire le bilan carbone de votre entrepriseContactez notre pôle professionnels et grands comptes ou envoyez un email à l'adresse suivante : climate.contact@selectra.info.
Devis en ligne

Données liées au fonctionnement de l'institution

En s’appuyant sur 3 critères (matérialité, leviers d’actions, volume), les institutions bancaires peuvent classer les postes en deux catégories : postes prioritaires et postes secondaires. Ainsi, la classification des postes peut légèrement varier d’une institution à l’autre.

Les postes prioritaires dans l’établissement d’un Bilan Carbone
Type d’émissions Activités concernées Données Sources
Emissions directes des sources fixes (scope 1) Émissions liées à la consommation de combustibles (gaz naturel, fioul, etc.) pour les utilisations sur des sites contrôlés par l'organisation kWh de gaz naturel
Litre (ou kWh) de fioul domestique
Factures des fournisseurs d'énergie
Relevés de compteurs
Emissions directes liées à la consommation d'électricité (scope 2) Émissions liées à la consommation d'électricité, tout usage confondu kWh de consommation électrique Factures des fournisseurs d'énergie
Relevés de compteurs
Déplacements professionnels hors flotte de véhicules (scope 3) Émissions liées aux déplacements professionnels Km parcouru Indemnités kilométriques déclarées par les collaborateurs (en km)
Déplacements professionnels liés à la flotte de véhicules (scope 3) Émissions liées aux véhicules de fonction et de service exploités Km parcouru Suivi de cartes essence ou cartes gasoil
Quantité de carburant utilisée

Source : guide sectoriel de l'ADEME (agence de la transition écologique)

Les postes secondaires dans l’établissement d’un Bilan Carbone
Type d’émissions Activités concernées Données Source
Emissions directes fugitives (scope 1) Émissions liées aux fuites de fluides frigorigènes issues des climatisations Quantité de fuites (en kg et par type) Suivi des recharges de fluides frigorigènes
Produits et services achetés (scope 3) Émissions liées à la fabrication des biens utilisés
Émissions liées aux prestations de services employées par l’organisation
Bilan GES des fournisseurs Bilan des achats
Bilan des prestataires
Immobilisations (scope 3) Émissions liées à la fabrications des biens durables immobilisés Surfaces des bâtiments (m2)
Année de construction des bâtiments
Durée d’amortissement
Baux commerciaux
Contrat de location
Déchets générés (scope 3) Émissions liées à la fin de vie des déchets générés par l’organisation Tonnes de déchets, soit les déchets industriels banals (DIB) et les déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) Relevé des prestataires d’enlèvement et collecte de déchets
Transport de marchandises et distribution en amont et aval (scope 3) Émissions liées au transport de courrier, de fonds ou autres biens Tonnes.km de marchandises transportées Données internes et relevé des prestataires
Déplacements clients (scope 3) Émissions liées aux déplacements des clients vers les agences pour ceux ayant rendez-vous avec un conseiller Nombre de rendez-vous clients sur la période
Distance moyenne de trajet pour se rendre dans les locaux de l’organisation
Moyen de transport utilisé
Suivi des rendez-vous honorés par les clients et enquêtes auprès de ces derniers
Déplacements visiteurs
(scope 3)
Émissions liées aux déplacements à but professionnel des visiteurs Nombre de visiteurs et répartition de ces derniers selon le transport utilisé Enquête auprès des visiteurs à l’entrée des sites
Déplacement des employés (scope 3) Émissions liées aux déplacements domicile-travail des employés Distance total domicile-travail des employés, avec répartition selon le mode de transport Plan de déplacement en entreprise
Enquête interne

Source : guide sectoriel de l'ADEME (agence de la transition écologique)

Données liées aux financements et investissements réalisés

Les émissions financées font référence aux émissions de gaz à effet de serre induites par la détention d’un actif financier. En effet, comme toute activité ou projet nécessite un financement, les émissions liées au projet en lui-même (construction, entretien, etc.) peuvent être associées aux émissions “financées”, car sans le financement, le projet/activité n’aurait pas pu voir le jour.

Il existe deux types d'approches pour quantifier les émissions financées :

  1. Approche micro-économique ou “bottom-up” : agrégation ligne par ligne des émissions de gaz à effet de serre des clients de l’institution financière (méthode généralement adoptée pour une quantification des émissions pour un projet, métier ou actif en particulier) ;
  2. Approche macro économique ou “top-down” : report des émissions mondiales de gaz à effet de serre aux financeurs de l'économie en se basant sur la base de leurs parts de marchés par zone géographique et secteur d’activité économique (méthode généralement adoptée pour une quantification des émissions sur l’ensemble des activités d’une organisation complexe comme les banque d’investissement).

Quelles actions peuvent être menées par le secteur bancaire pour réduire son impact carbone ?

Selon Oxfam France, les 6 plus grandes enseignes bancaires de France – BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, BPCE2, Crédit Mutuel et la Banque Postale – représentent à elles seules 7.9 fois les émissions de GES du pays, soit l’équivalent de 3.3 milliards de tonnes de CO2eq de part leurs activités de financement et d’investissement. Ainsi, il devient donc urgent pour les banques de mettre en place des actions de réduction de leurs émissions.

Outre les pistes de réductions recommandées pour les entreprises en général, il est également possible d’implanter des pistes de réduction spécifiques au secteur bancaire.

Pistes de réductions des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités opérationnelles (hors investissements) :

réduire empreinte carbone banque
  • Recourir à l'électricité bas-carbone pour ses bâtiments, en souscrivant à un fournisseur d'énergie verte ;
  • Mettre en place une politique active d’efficacité énergétique des bâtiments, en particulier pour les datacenter, dont l’impact CO2 est souvent sous-estimé dans le bilan d’une banque ;
  • Mettre en place une politique visant à réduire l’impact environnemental lié aux déplacements des collaborateurs (favoriser le télétravail, création d’une plateforme interne de covoiturage, formations à l'écoconduite, etc.) ;
  • Réduire l’impact écologique des différents appareils électriques, en remplaçant les appareils énergivores ou trop vieux, ou en diminuant leur utilisation (par exemple : diminuer le chauffage/air conditionnée, favoriser l’achat d’outils reconditionnés, etc.).

Pistes de réductions des émissions de gaz à effet de serre liées aux investissements :

  • Adapter ses offres commerciales et ses solutions de financement pour proposer des produits socialement responsables ou des financements dits “verts” comme par exemple les “Green Bonds” ;
  • Éviter le financement de projets liés à l’industrie de l'énergie fossile (cf. émissions financées) ;
  • Adopter l'impact investing ou “investissement à impact” qui sont des investissements qui prennent en compte l’impact écologique et social en plus du rendement financier, l'institution bancaire peut par la suite prétendre à des labels écologiques comme le label Greenfin ou ISR (Investissement Socialement Responsable) ;
  • Intégrer un critère de sélection environnemental vis-à-vis des investissements, comme par exemple un critère qui prend en compte la contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Qu’est ce qu’un green bond ? Un green bond, que l’on peut traduire de façon littérale par “obligation verte", est une obligation permettant de lever des capitaux et d’investir dans des projets en faveur du développement durable. Les green bonds visent à aider les émetteurs à financer des projets écologiques et durables favorisant une économie à zéro émissions nettes.

Updated on